L’art de vivre que nous connaissons aujourd’hui n’est pas le fruit du hasard. Non, il a fallu du temps, du cœur de ses ancêtres à la cuisine moléculaire des chefs modernes, la route vers la perfection était longue !

Prenons l’exemple de l’alcool. Il a fallu des années et des années pour parfaire le vin français que nous connaissons aujourd’hui. Il n’y a pas si longtemps encore, surtout dans l’ouest de la France, les Français ne buvaient que de la liqueur locale. Ce n’est qu’au XIXe siècle, en 1820, lors de la naissance du petit-fils de Charles X, que le vin de Bordeaux est réellement consommé à Paris et que l’on commence à apprécier les vins des autres régions.

Quant aux célèbres classements des grands crus (classements régionaux qui désignent un vignoble connu pour sa réputation favorable dans la production de vin), ils n’ont fait leur apparition qu’en 1855, sous Napoléon III !

Quant à l’alimentation, l’histoire de la cuisine française peut être divisée en plusieurs grandes périodes ; la première à laquelle on s’intéresse est sans doute… le moyen-âge !

A l’époque, l’Europe était culturellement unie sous le christianisme et le savoir-vivre de l’Europe occidentale ne différait donc pas beaucoup entre pays voisins.

Les gens mangeaient avec les doigts et aimaient tellement la couleur que les plats du roi étaient saupoudrés de divers pigments pour leur donner encore plus de couleur ! Les banquets étaient pleins de joie et de plats et de viandes variés qu’on ne trouve plus aujourd’hui.

Dans les temps plus modernes, on dit que Catherine de Médicis, d’Italie, a introduit les Français à la fourchette, qui est venue pour former le couple parfait avec le couteau. La fourchette est venue comme un ajout bienvenu à l’étiquette de table de dîner et a aidé les Français à renforcer leur réputation élégante.

Les grandes assiettes métalliques cèdent la place à la terre cuite, considérée comme plus noble (et surtout moins bruyante !), des codes de bonne conduite commencent à émerger, et la vaisselle devient plus grande, comptant plus d’une dizaine de plats !


Grâce à la croissance du commerce, les épices sont devenues plus nombreuses et plus communes, ce qui a permis de diversifier les recettes et d’améliorer le goût. Aucune nourriture n’a été oubliée, surtout celles qui étaient considérées comme naturellement fades. Plus de recettes sur ce site !

De même, nous pouvons difficilement imaginer la révolution des saveurs provoquée par l’importation de nouveaux produits, tels que le chocolat, le café, les tomates et les pommes de terre.

Enfin, à l’aube de la Révolution, des restaurants ont fait leur apparition, surtout dans la capitale, qui promettait un bel avenir à la cuisine française !

Diversité et cuisine régionale française

En Europe, la France a été l’un des premiers pays connus à s’être unis politiquement. Cela signifie que toutes les cultures et les populations des différentes régions de France, des Parisiens aux Bretons, des Corses à ceux de la Province de France, ont conservé leurs traditions culinaires mais les ont aussi partagées au-delà des frontières. Alors que les plats sont partagés, chaque région de France a ses propres spécialités culinaires.

Le Sud-Ouest est connu dans le monde entier pour ses oies et ses canards.

En plus d’utiliser leur viande dans des plats raffinés (magret de canard, foie gras…), la graisse d’oies et de canards est également impliquée dans la cuisson de nombreux autres plats : comme le cassoulet par exemple (ragoût français).

Les Pyrénées fournissent de la viande et des produits laitiers, tandis que de nombreuses variétés de fruits et légumes poussent sous un climat ensoleillé et tempéré.

Le Sud-Est de la France s’inscrit davantage dans la sainte « trilogie méditerranéenne » : olive, vigne et blé. Ces ingrédients forment ici la base de l’alimentation, mais peuvent être utilisés pour préparer de nombreux plats délicieux.
La chaleur de l’été inspire les petits plats légers, et sur la côte, les produits de la mer Méditerranée sont les stars du spectacle. La tomate est roi par beau temps, tandis que les gâteaux des boulangers locaux réchauffent un hiver parfois glacial.

L’influence de l’alimentation française dans le monde

Au lieu de l’économie ou de l’industrie, la France brille par sa cuisine. Il n’est donc pas surprenant que la gastronomie française soit officiellement inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, ce qui souligne le respect du monde pour la culture culinaire de la nation.

Si l’on considère le temps que la France passe à table, même le Français moyen est un habitué de la gastronomie ! En plus d’être un moment de plaisir sensoriel, le dîner est aussi un moment convivial que ce soit une réunion de famille autour d’une charcuterie et d’un fromage, un déjeuner d’affaires dans un bon restaurant français, ou un rendez-vous entre amoureux autour d’un vin rouge et de mousse au chocolat….

Mais en plus de cet amour national de manger, la France est aussi fière de ses nombreux chefs célèbres.

Parmi les 100 meilleurs chefs du monde, la France compte six chefs dans le top 10 ! Et bien sûr, sans compter les cuisiniers de toutes origines qui s’inspirent des produits et recettes français.